Les meilleures répliques

- Donne-moi un nom !
- Mais c'était à vos parents de faire ça !
Alarme Fatale 1993

Rechercher dans ce blog

lundi 19 juin 2017

Pink Floyd The Wall 1982 VOstFR HD

Spécial semaine " Fête de la musique "
Après le décès de son père pendant la Seconde Guerre mondiale, Pink est élevé par une mère tyrannique. Devenu rock star, il mène une vie tourmentée et s'enferme sur lui-même dans sa chambre d'hôtel. Peu à peu, il sombre dans la drogue tandis que la folie commence à s’emparer de lui...

Réalisé par Alan Parker
Avec Bob Geldof, Christine Hargreaves, James Laurenson
Genres Drame, Musical
Nationalités américain, britannique
Durée 1h40


Bande annonce VO

 

Clip The Wall

 

Anecdotes

  • Fondé sur l'album et la tournée, le film musical en reprend bien évidemment l'essentiel. Néanmoins, de nombreuses modifications ont été apportées 
  • Certains titres ont été réenregistrés : Mother et Is There Anybody Out There? ; les deux In the Flesh et In the Flesh?, de plus réinterprétés par Bob Geldof qui ânonne aussi Stop ; à Bring the Boys Back Home fut adjoint un chant choral. Ces quatre chansons sont par ailleurs diégétiques, les personnages « chantant » eux-mêmes les paroles. Outside the Wall est lui allongé pour illustrer le générique de fin, avec l'ajout de chœur et orchestre.
  • The Wall a été tourné entre septembre et décembre 1981, au Québec et en Angleterre. 
  • Par ailleurs, Roger Waters a déjà affirmé que le concept de The Wall a pris forme dans son esprit après un concert de Pink Floyd donné au stade olympique de Montréal (au Québec) en 1977 pendant la tournée Animals alors qu'il avait entre autres insulté et craché sur des fans trop enthousiastes. On peut aussi penser qu'il fut impressionné par le stade lui-même, puisque l'amphithéâtre où se déroule le jugement (The Trial) dans le film, de même que les dessins de la pochette intérieure de l'album, rappellent bien le stade olympique tel qu'il était en 1977, c'est-à-dire avec sa célèbre tour inclinée encore inachevée (l'amphithéâtre du film et de l'album comptent plusieurs de ces « tours inachevées »)
  • Hey You, pourtant en un premier temps filmé et monté, puis écarté par Waters, et The Show Must Go On ne sont pas présents dans le film.
  • En plus de la chanson de Vera Lynn The Little Boy that Santa Claus Forgot, une nouvelle chanson de Pink Floyd est ajoutée : When the Tigers Broke Free fut enregistré par Roger Waters seul, avec chœur et orchestre. What Shall We Do Now?, écarté du disque, prolonge Empty Spaces dans le film.
  • Les autres chansons ont été remixées à des degrés divers, le mixage final du film, en Dolby 70 mm, ayant été particulièrement soigné. Run Like Hell et Another Brick in the Wall, Part 2, en particulier, furent remontés et raccourcis.
  • Les rares dialogues du film sont, à quelques exceptions près (reproches du professeur, jardin d'enfants, scène du train), déjà présents dans l'album. D'autres effets ont été remplacés, comme la télévision diffusant The Dam Busters (Les Briseurs de Barrages, film de 1955, et non plus La Bataille d'Angleterre comme dans l'album), analogie limpide au « tear down the wall » (The Trial).
  • Sans être encore le réalisateur prévu (Ridley Scott fut aussi envisagé, selon Scarfe), Alan Parker travailla avec Waters et Scarfe dès avril 1981. Il était alors prévu que des scènes live de la tournée soient insérées au film
  • On peut apercevoir, dans le film d'Alan Parker, lors des scènes correspondant aux chansons In The Flesh et Run Like Hell, que le public ainsi que la garde rapprochée de Pink sont composés en grande partie de skinheads. En effet, pour les besoins de son film, Alan Parker fit appel à l'une des plus grandes bandes de skinheads anglaises de l'époque, à savoir celle de la ville côtière de Tillbury, comptant près de deux cents membres. Dans une interview visible dans les bonus du DVD de l'édition française du film, Parker expliquait que le tournage de ces scènes fut difficile en raison de l'indiscipline des skins ainsi que de leur brutalité indécrottable lors des scènes de bagarres (les skins, toujours d'après Parker, auraient été incapables de simuler les coups et ne pouvaient s'empêcher de frapper violemment)
  • Le rôle principal devait être initialement tenu par Roger Waters, mais le choix s'est finalement porté sur Bob Geldof, leader du groupe rock The Boomtown Rats. Ce chanteur irlandais est notamment connu pour ses initiatives en faveur des pays victimes de famine. Il a mis en place plusieurs concerts de soutient, comme le Live Aid, qui lui a valu être décoré de l'ordre de l'empire britannique par la reine Elisabeth II. Son interprétation de Pink reste à ce jour son unique rôle de composition dans un film.  
  • Le réalisateur Alan Parker a fait appel au dessinateur satirique britannique Gerald Scarfe, pour les animations du film. Ce dernier avait déjà travaillé pour les Pink Floyd à l'occasion de l'album Wish you were here en 1974. Elu caricaturiste de l'année lors des British Press Awards 2006, il a également écrit et réalisé de nombreux documentaires pour la BBC, fait plusieurs one-man-show et conçu les costumes et les décors de pièces de théâtres, d'opéras et de spectacles musicaux londoniens.
  • Le film est une peinture méticuleuse de la schizophrénie et s'attache à montrer comment Pink y tombe peu à peu. Chaque brique du mur peut ainsi être vue comme un élément contribuant à la construction de la conscience paradoxale du Soi. L'élément dominant est évidemment un père absent mais aussi une mère surprotectrice, comme cela est explicitement montré dans The Trial où ses bras se transforment en un mur enfermant Pink, ou encore dans Mother. Cependant, dans cette dernière séquence, c'est surtout l'anhédonie caractéristique qui subit un traitement particulier (One of My Turns) en contraste avec la réminiscence d'expériences intenses et émouvantes du passé. Sur Young Lust, Pink évoque les moyens qu'il met en œuvre pour ranimer la flamme.


Pink Floyd The Wall (1982) 1080p VOSTFR 2.95 GB
Lien 


L'album
Pink Floyd - The Wall [Vinyl Rip - 24 - 192] 3.04 GB Qualité énorme !
 Lien
The Wall (MFSL Gold Disc) FLAC 415.34 MB 
Lien 

5 commentaires:

  1. L'album " The wall " à 3 G ? Je le prendrai , c'est sûr .
    Spécial semaine fête de la musique , à quoi va t'on avoir droit ? HAIR ? Ce serait super !
    Merci et bravo , super choix que ce " The wall " , je n'ai pas les bons mots pour dire ce que cet album et ce film font sur moi . Je ne suis pourtant pas un Ultra de Pink Floyd , j'apprécie , par périodes mais cette oeuvre est magistrale .

    RépondreSupprimer
  2. Les grands esprits se rencontrent ;)
    Hair est bien prévu dans la prog

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...